Les complications de l’allaitement maternel

Bien que l’allaitement soit un moment privilégié pour vous et votre bébé, vous pouvez rencontrer quelques difficultés.

Ne vous inquiétez pas, la plupart des incidents de parcours peuvent être pris en charge pour permettre la poursuite de votre allaitement.

Les douleurs et lésions des mamelons

Une sensibilité douloureuse est souvent inévitable au début de l’allaitement. Ces douleurs (rougeur, irritation, crevasse) sont souvent causées par une mauvaise prise du sein par votre bébé. Il faut qu’il s’habitue à cette nouvelle alimentation ! Rassurez-vous, ces douleurs sont généralement transitoires.

Plusieurs petites astuces permettent de les atténuer :

  • Vérifier la position de votre bébé pendant la tétée et tout particulièrement l’ouverture de sa bouche.
  • Eviter les tétées trop longues
  • Utiliser des crèmes à base de lanoline qui sont à appliquer généreusement sur chaque sein après la tétée. Etant à base d’eau, elles ne nécessitent pas de rinçage avant la prochaine tétée.

Attention ! La persistance de la douleur malgré une prise correcte du sein peut être signe d’une autre complication comme une mycose par exemple. Il faudra alors consulter un professionnel pour faire le point.

En cas de lésions du mamelon, l’utilisation de protège-mamelon et de coupelles d’allaitement a été insuffisamment évaluée pour être recommandée. C’est donc à vous de voir s’ils vous sont utiles.

L’engorgement mammaire

L’engorgement mammaire peut se produire pendant l’allaitement. Il provoque un gonflement et une augmentation de la production de lait.

Voici quelques conseils si vous vous trouvez dans cette situation :

  • Mettez votre bébé au sein le plus souvent possible
  • Vérifiez que les tétées sont efficaces
  • Faites-vous des massages circulaires des seins avant les tétées
  • Appliquez du chaud pour assouplir votre sein ou du froid pour réduire la douleur
  • Exceptionnellement vous pouvez tirer votre lait afin de vous soulager, réduire la stase du lait quand votre bébé n’arrive plus à bien prendre le sein ou que les tétées ne sont pas suffisamment efficaces.

Un traitement anti-inflammatoire peut vous être prescrit à court terme.

  • L’engorgement est banal et régresse en 24h -48h

La lymphangite ou mastite

La lymphangite est une inflammation du sein qui peut éventuellement évoluer vers une infection.

Comment reconnait-on une lymphangite ?

  • Survient brutalement, environ 5 à 10 jours après l’accouchement
  • Douleur généralement localisée dans un seul sein
  • Présence de fièvre (environ 39°C-40°C avec des frissons)
  • Présence d’une plaque rouge, chaude, douloureuse, le plus souvent au niveau supéro-externe du sein.
  • Le lait recueilli est propre, sans trace de pus

Que peut-on vous proposer ?

  • Poursuivez votre allaitement maternel
  • Extraction du lait en cas de douleur importante (manuellement ou à l’aide d’un tire-lait)
  • On pourra vous prescrire des antidouleurs si besoin
  • Appliquez du chaud ou du froid sur vos seins
  • Masser vos seins pour les assouplir et favoriser les mises au sein

Un nourrisson en bonne santé ne court aucun risque. Pour éviter un abcès du sein, vous devez continuer à allaiter.

Des antibiotiques compatibles avec l’allaitement seront administrés en cas de lymphangite infectieuse.

Pour aller plus loin : Lymphangite : définition, symptômes et traitements

L’abcès du sein

L’abcès mammaire peut être une complication rare d’une lymphangite infectieuse négligée ou insuffisamment traitée. Il nécessitera une hospitalisation pour être pris en charge.

Il faut cesser d’allaiter le sein affecté pendant 24 à 48 heures. Pour vider les seins, il est important de tirer et de jeter le lait.

L’insuffisance des apports de lait maternel

L’incapacité de produire suffisamment de lait est très rare. Le plus souvent, elle est la conséquence d’une conduite inappropriée de l’allaitement (tétées inefficaces et peu nombreuses) à l’origine d’une diminution de la production de lait.

N’hésitez alors surtout pas à vous faire entourer pendant votre allaitement par une sage-femme ou une conseillère en lactation.

Cependant, il faut que vous sachiez que la survenue au cours de votre allaitement d’une insuffisance de lait est possible transitoirement, notamment lors de la reprise de votre travail.

Comment devez-vous y faire face ? Augmentez transitoirement la fréquence et la durée des tétées et tout devrait rentrer dans l’ordre !

Tout juste sortis du four !