MAMAN ARRIVE

S’abonner >

L’Anses propose une restriction des substances chimiques dangereuses dans les couches jetables

Après une étude menée par l’Anses (Agence sanitaire) auprès des fabricants de couches jetables et de pas moins de 23 références, il a été mis en évidence que la production de ces produits mettait en jeu des substances chimiques nocives pour bébé et l’environnement.

Maman Arrive fait le point !

Camper en bivouac avec son enfant

Les autorités sanitaires proposent de limiter la présence des substances dangereuses dans les couches !

Suite à l’étude menée par l’Anses, il a fallu mettre en place un certain nombre de recommandations pour limiter l’impact sur la santé des enfants. En effet, il est apparu que certaines substances chimiques, comme des pesticides, étaient présents dans les couches de nos bébés et pouvaient impacter sévèrement leur santé !

Les couches, un produit de forte consommation

C’est un fait, près de 95% des jeunes enfants portent des couches jetables. Cette étude concerne donc la majorité des bébés et leur état de santé. En effet, les couches sont un bien de consommation indispensable aux bébés dans leurs premières années !

En pratique, au cours des trois premières années de sa vie, un enfant porte en moyenne 3000 à 5000 couches. Produit d’hygiène indispensable avant que l’enfant puisse utiliser un cabinet de toilettes par lui-même, la couche n’est cependant pas sans danger sur sa santé.

Au cours d’une étude menée par l’Anses, la présence de substances chimiques nocives dans ces couches de grande consommation a été pointée du doigt par les scientifiques. Certaines sont présentes à un taux inquiétant qui dépasse le seuil sanitaire considéré comme acceptable par l’Anses.

Les substances chimiques relevées par l’Anses

En pratique, ce n’est pas moins de 200 substances chimiques qui ont été relevées par l’Anses au cours de son enquête ! Elles sont toutes considérées comme dangereuses pour la santé de nos enfants.

Dans les faits, il s’agit principalement de matières issues des procédés de fabrication de la couche. Comme des hydrocarbures, des substances parfumantes, des dioxines, furanes et PCB. Ces substances entrent en contact avec l’urine et la peau de bébé, et peuvent ainsi pénétrer son organisme. En bref, les risques sont importants !

Représentant un fort risque cancérogène, ces substances doivent impérativement être contrôlées et limitées pour protéger les plus fragiles. L’Anses a donc soumis une proposition de restriction auprès de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) pour tenter de limiter au maximum la présence de ces nuisibles.

Les recommandations de l’Anses

Au regard de la quantité de substances chimiques détectées dans les couches jetables, il est impératif d’agir et vite. Ainsi, l’Anses ne recommande pas forcément de bannir toutes ces substances, mais de limiter leur taux dans la production de couches pour limiter leur impact sur la santé.

Parmi les recommandations prescrites par l’Anses figure également les contrôles. En effet, il est essentiel d’effectuer davantage de contrôles pour faciliter l’identification des substances nocives et surtout harmoniser leur utilisation au niveau européen.

En bref, il faut garder à l’esprit que l’objectif est d’éviter la contamination des enfants par la peau et l’urine en admettant des taux faibles et inoffensifs de ces substances chimiques dangereuses.

Le choix des matières premières est par conséquent essentiel ! L’Anses propose donc de réaliser davantage de tests sur les matières premières sélectionnées pour produire les couches de nos bambins, mais également de retirer toute substance parfumante ou colorante.

Dans cet état d’esprit, des marques engagées et responsables, ayant à cœur la santé de nos enfants et le respect de l’écologie, se sont développées. C’est le cas des petits culottes qui propose des couches saines produites à partir de matières naturelles pour prendre soin de nos bébés.