Comment gérer le deuil d’un parent pour un enfant ?

Dans de nombreux cas, la perte d’un parent est une perte irréparable.

Le chagrin d’un enfant qui a perdu sa mère ou son père doit être affronté sans nécessairement avoir été préparé.

Nous expliquons comment les accompagner au mieux, en fonction de leur âge.

Pour les enfants, il est important de les aider à gérer ce qui s’est passé et à trouver un nouvel équilibre dans leur vie après le décès de leur mère ou de leur père.

Choisir une plaque funéraire avec l’enfant afin de le consoler

Choisissez une plaque funéraire avec l’enfant qui vient de perdre ses parents pour le réconforter.

Un enfant en deuil voudra se souvenir de ses parents décédés par le biais de l’art, ou d’objets personnels qui ont une signification pour lui.

Cette boutique de plaques funéraires vous offre un large choix de plaques mortuaires.

Les objets matériels peuvent être incroyablement difficiles à vivre pour un enfant en deuil, alors trouver un moyen de faciliter ce processus peut aider énormément à son rétablissement.

Le deuil d’un parent : comment gérer l’enfant selon son âge ?

Lorsqu’un parent meurt, les enfants peuvent perdre leur sentiment de sécurité et n’avoir soudainement plus personne à qui apprendre ou se confier.

Ils peuvent se sentir responsables du décès et commencer à se demander s’ils n’ont pas commis des erreurs qui ont pu conduire à la mort de leur parent.

En outre, les enfants peuvent se sentir confus en apprenant le départ de leur parent, ne sachant pas comment ou pourquoi l’être cher s’en va et s’il y a quelque chose qu’ils auraient pu faire différemment.

Chez les nourrissons et jusqu’à 18-24 mois

Chez les nourrissons et jusqu’à 18-24 mois, l’expérience de la perte d’un parent laisse derrière elle un sentiment d’abandon.

Ce sentiment est souvent aggravé par le fait que de nombreux problèmes complexes peuvent jouer un rôle dans ce processus.

Un jeune enfant qui a perdu sa mère vit ce que nous appellerions une défaillance empathique : il se sent effrayé ou abandonné, mais ne sait pas pourquoi” (Wilson-Nutt).

L’objectif est de le tenir autant que possible et de comprendre qu’il a besoin d’être constamment rassuré.

En plus d’être tenu physiquement et écouté, il est impératif qu’une autre femme (sœur, belle-sœur, grand-mère), puisse entrer dans la pièce avec lui afin qu’il ne se sente pas complètement abandonné.

Chez les enfants de 2 à 5 ans

La chose la plus importante à faire est de renforcer votre relation avec votre enfant.

Les enfants sont comme des éponges, ils absorbent ce qu’ils voient et entendent, alors si vous les laissez voir l’amour que vous avez l’un pour l’autre, et comment vous partagez tout ensemble, ils créeront un environnement sûr dans leur esprit.

Grâce à des échanges quotidiens qui favorisent la confiance et le respect, ils apprendront à s’exprimer et à gérer leurs sentiments avec beaucoup plus de succès.

Une fois qu’ils auront appris à s’identifier et à s’exprimer, vous pourrez progressivement recommencer à parler de la mort comme faisant partie de la réalité de la vie.

À lire également : Les conséquences d’un deuil dans l’enfance à moyen et à long terme

Chez les 5 à 10 ans

Dans ce moment de deuil et d’incertitude, nous devons soutenir l’enfant vers un développement sain.

À cet âge, les enfants comprennent que non seulement leur propre mort est irréversible, mais aussi celle de l’autre parent (ou des deux parents).

Il s’agit d’un processus social et psychologique complexe qui implique d’explorer les sentiments et les souvenirs liés à la perte de l’un ou des deux parents, de les partager avec les autres, de comprendre les attentes pour grandir sans se mettre dans la peau de leur mère ou de leur père décédé.

La gestion du deuil exige donc de communiquer ouvertement avec l’enfant au sujet de ses émotions et de reprendre le contrôle de sa vie tout en étant sensible à ses besoins.

À lire aussi : Parentalité et éducation positive : comment les appliquer ?

Chez les adolescents

Lorsqu’un parent meurt à l’adolescence, cela a un impact sur son développement et son émancipation.

A ce moment de la croissance, on a vraiment besoin de trouver des tuteurs en dehors de la famille pour jouer le rôle de référents.

C’est aussi un âge où l’on aime être dans un groupe, or s’il perd un parent, il va se sentir différent, il peut être mis à part.

Cet âge est intéressant car c’est le moment d’avoir de grandes discussions sur le sens de la vie.

Le plus important est de leur donner un sens et de les inviter à faire du sport, de la musique ou à pratiquer une activité qui leur tient à cœur.

Tout juste sortis du four !